Interview de Jared Leto pour Nice matin.



Jared Leto est venu en solo à Saint-Tropez avant de repartir pour un show télé à Londres. (Photo Groupe Nice-Matin)

L’acteur américain Jared Leto (« Requiem for a Dream », « Fight Club », « Alexandre ») est aussi un rockeur, co-fondateur du groupe de métal « 30 Seconds to Mars ».A Saint-Tropez, il évoque ses vacances et ses projets.

Pourquoi avoir fait ce long chemin qui relie Mars à Saint-Tropez ?
Je désirais depuis longtemps découvrir ce coin du sud de la France. Le plus proche où je sois allé, c’était Toulouse pour un concert fin juin dernier. Je profite d’un répit dans la tournée mondiale. Le reste du groupe est rentré à Los Angeles. Mon ami Terry Richardson (sulfureux photographe américain qui l’a immortalisé tout comme Barack Obama, Justin Timberlake, Dennis Hopper, Faye Dunaway, Catherine Deneuve, Lady Gaga, etc., Ndlr) m’a recommandé de venir passer quelques jours à Saint-Tropez, à l’hôtel Ermitage. Et comme je connais aussi bien l’un des maîtres des lieux, André (l’artiste-graffeur, figure du Baron et de la nuit parisienne), me voici !

Vous êtes vraiment là en solo ?
Oui, oui. Je suis venu seul avant de repartir pour un show télé à Londres. L’accueil des gens est formidable. J’ai juste dû me coltiner les paparazzi… L’autre jour, ils étaient perchés dans les arbres en face de l’hôtel (rires).

Après la colonisation de Mars, celle de la France est-elle aisée ?
La conquête est déjà bien entamée. Depuis le 3e album, nous avons fait de grosses dates, dont le show de Bercy. C’est vraiment cool d’avoir du succès ici, car la France est un pays que j’adore. Notre tournée repassera certainement par chez vous avant 2011. Notre second album s’est vendu à 3 millions d’exemplaires dans le monde. Le nouveau est bien parti mais à l’ère du streaming et de YouTube, les chiffres de vente ne veulent plus rien dire. Aujourd’hui c’est au nombre de tickets de concerts vendus que tu mesures ta popularité. Et on a jamais autant rempli. On vient même de faire l’O2 Arena de Londres sold-out (environ 20 000 places, Ndlr) !

Pourquoi avoir choisi une voix féminine française pour ouvrir le titre « Night of the Hunter » ?

Parce qu’elle ajoutait du mystère et de la poésie à la chanson. Un titre très lyrique et baroque à la fois, ancré dans le folklore du sud des Etats-Unis. Le Français collait parfaitement à cette atmosphère.

Votre premier album est un chef-d’œuvre noir influencé par Tool. Pourquoi avoir levé le pied depuis pour un rock plus commercial ?
A chaque album sa tonalité musicale. Un artiste évolue. Lorsque j’ai enregistré le premier album, je pensais que tout le monde le détesterait. Aujourd’hui encore, quand des fans réclament un de ses titres en concert, je suis surpris.

Quelle sera la prochaine évolution de 30 Seconds To Mars ?
(en Français) Je ne sais pas. Le futur n’est pas écrit. Tout dépendra de ce qui va irriguer mon vécu. Un jour tu te balades dans la rue et tu tombes sur quelque chose qui va t’inspirer. Le lendemain c’est autre chose. Difficile de prévoir.

Pour quelle raison avez-vous remercié Ron Hubbard, le fondateur de la scientologie, dans votre album « A Beautiful Lie » ?
Oh ! (rires) Pour moi c’est quelqu’un de divertissant et surtout… il a des couilles ! Vous vous rendez compte, le mec a fondé une nouvelle religion. Quelle audace. Il faut le faire ! Si je suis scientologue ? Non. Mais je salue le personnage pour avoir tracé son chemin comme il l’a fait.

Qu’avez-vous pensé du film du belge Jaco Van Dormael, « Mr Nobody », dont vous êtes le héros ?
Rien, je ne l’ai pas vu ! Lorsqu’un film est terminé je passe à autre chose. « Mr Nobody » est sorti cette année chez vous et je crois qu’il s’est fait descendre, mais pour moi ce fut une super expérience. Comme un film d’art & essai. Ses longs-métrages précédents, « Le huitième jour » avec Daniel Auteuil et « Toto le héros » avec Michel Bouquet, étaient aussi très beaux. Je n’ai pas d’autres projets cinéma pour l’instant. Je me consacre entièrement au groupe.

Vous étiez au défilé Dior. A l’instar de Pharrell Williams, la mode vous tente ?
Je suis très intéressé par le processus de création. J’ai effectivement été approché par une marque, mais je n’ai pas donné suite. Je veux attendre d’avoir le bon partenaire pour me lancer dans ce genre d’aventure. Ou alors créer une marque de toutes pièces. Quelque chose de gratifiant, dont je sois fier, car je ne ferai jamais ça pour l’argent.

Laurent Amalric


Source : nicematin.com

Merci à MF

Share

Vous avez aimé cet article? Ceux ci pourraient vous interesser :

  1. Interview de Tomo pour « The Sun » Le groupe star à été conduit sur les terre de...
  2. Interview East Coast Rocker – Avril 2010 Source : Jared-leto.net « Un tout nouveau commencement pour...
  3. interview YRB Magazine Three studio albums and a few lineup changes have brought...
  4. 30 Seconds To Mars sauve des âmes dans la video de Closer To the Edge Avec leur toute nouvelle vidéo « Closer to the edge...