Interview de Jared Leto sur Livewire

Interview du 10 avril 2010 sur le site de concertlivewire.com


Jared Leto fait parti des très rares artistes à être passé du cinéma à la musique avec succès. Du casting de gros fims comme « Fight Club », « Girl Interrupted », Panic Room », « American Psycho, » « Alexander, » « Requiem for a Dream, » « Lord of War, » et « Chapter 27″ à l’écriture et l’enregistrement d’albums à succès avec 30 Seconds to Mars (2002), A Beautiful Lie (2005) et This Is War (2009), Leto vit le rêve. Un rêve que Kevin Costner (solo), Russell Crowe (30 Odd Foot of Grunts), Kevin Bacon (The Bacon Brothers) et Keanu Reeves (Dogstar) ne connaîtront jamais.

Leto et son frère Shannon ont commencé 30 Seconds to Mars en 1998. Ils sont rapidement passé d’un groupe de première partie aux têtes d’affiche qu’ils sont aujourd’hui. Armé du charme d’une star de cinéma et du bon look de rock star, Leto choisit son propre chemin…sans vraiment se soucier de savoir si l’on suit ou pas. Il peint beaucoup de ses chansons dans des nuances que beaucoup pourraient trouver sombres et inconfortables. Un extrait des paroles de « This is War » :
A warning to the prophet, the liar, the honest
This is War
To the leader, the pariah, the victim, the messiah
This is war
Its the moment of truth and the moment to lie
Its the moment to live and the moment to die
The moment to fight, the moment to fight, to fight, to fight, to fight

Karen Bondowki de Livewire a eu quelques minutes pour parler avec Leto des choses qui vont ?? dans sa tête.

L : Alors c’est comment Vegas ?
J : Vegas est vraiment bien. On vient juste d’arriver. Jusqu’ici, on a fait que répéter le spectacle. Ce soir, c’est le premier spectacle de notre première tournée US en 3 ans.

L : Avez-vous eu la chance d’aller jouer au casino ?

J : Non, à vrai dire, je ne joue pas. Donc je ne suis pas vraiment une personne de Vegas. C’est un endroit sympa où aller une seconde.

L : Bon, je sais que nous n’avons pas beaucoup de temps aujourd’hui avant le spectacle mais je dois vous demander… Il y a une rumeur qui prétend que la dernière fois que vous étiez à Milwaukee, vous avez peint un mur du QG de The Rave, est-ce vrai ?
J : Hum… Ça pourrait ou ne pourrait pas être vrai, ça dépend s’il y a des frais de nettoyages à payer.

L : Non, non. Il n’y en aura pas !

J : Oui, je me suis un peu amusé à ce spectacle. C’était une super nuit. Nous l’avons vraiment apprécié.

L : Donc quelle était votre motivation pour « This is War » ? Je dois dire que les paroles sont très dures.

J : Merci. Ça a été une période très intense pour nous et avec l’album, nous avions l’opportunité de dire quelque chose de nouveau, de vraiment transformer et nous en avons pris avantage. Ça a été une période fascinante de faire cet album. Le monde était un endroit vraiment stimulant. Et nous de même. Nous avions nos propres batailles en cours. Donc je pense que l’album est bien nommé.

L : Votre musique a été qualifiée de progressive metal à même emo et post grunge. Comment caractériseriez-vous votre groupe de musique ?
J : Polka !

L : Vraiment ??
J : Je pense qu’Andy Warhol l’a dit d’une meilleure façon, il a dit « les étiquettes sont faites pour les boîtes, pas pour les gens ».

L : Je suis d’accord. Où vous voyez-vous dans l’histoire du rock quand tout a été dit et fait ? Qu’allez-vous laisser ?
J : Je ne suis pas si inquiet au sujet de ce que je laisse, ça devrait être pendant que je suis ici je suppose.

L : Quel est l’un de vos moments les plus bizarre en tournée ?
J : Nous avons pas mal de moments intéressants. Quand je pense à la récente tournée que nous avons faite, nous venons de terminé notre premier tour d’Europe. La chose la plus surréaliste est seulement la taille de ces places dans lesquelles nous jouons. C’est juste affolant et ça vous fait vous sentir reconnaissant pour tout ça. C’est une bénédiction. Ça a été des expériences incroyables et maintenant, nous revenons pour redécouvrir l’Amérique. C’est parti pour être une journée incroyable et nous espérons que tout le monde à Milwaukee va venir et célébrer ça avec nous.

L : En parlant de l’Europe… J’ai regardé une récente interview que vous avez fait à Absolute Radio et vous avez mentionné quelque chose à propos des phobies. Ça me fait penser… quelle est la votre ?

J : ah oui, oui ! Quand ils m’ont demandé le nom d’une phobie pour une chose ou une autre.

L : Oui et vous avez dit phobie de la mort.

J : Oui, je veux dire, je n’ai pas peur de la mort. J’ai plus peur de ne pas vivre bien.

L : Donc ça serait ça ?

J : Oui, absolument.

L : Pourquoi est-ce qu’on aime les Bonjour et qu’on a peut des Au revoir ?

J : Je n’ai pas peur des Au revoir. Je pense qu’on ferme une porte et qu’on en ouvre d’autres. C’est votre point de vue, vous savez ?

L : Vous vous trouvez religieux ?

J : Je me trouve… c’est marrant… J’ai fait un documentaire appelé « Artifact » et j’ai interviewé Steve Lillywhite et je lui ai posé une question à propos de la foi et de la religion. Il a dit « Eh bien, je ne suis pas très spirituel mais je suis très religieux ». Et après, il a commencé à rire d’un rire incontrôlable et a dit « j’ai juste toujours voulu dire ça parce que personne d’autre ne le dit ».

L : Qu’avez-vous prévu de laisser à vos fans après votre performance à Milwaukee la semaine prochaine ?
J : J’espère les laisser avec une nuit inoubliable et un petit morceau de joie et d’excitation et un grand souvenir. J’espère vous voir là-bas !


Merci à birthofatheory71 et MaRioNL  du forum R-evolve.

Share

Vous avez aimé cet article? Ceux ci pourraient vous interesser :

  1. Noisecreep – interview de Jared Leto Qu’est ce qu’un titre aussi direct que « This is War »...
  2. The Aquarian Weekly interview Jared Leto Traduction de l’article écrit par Alison Kopki le 20...
  3. Windy City Time interviewe Jared Leto Jared Leto a brisé pour la première fois des coeurs...
  4. Miami New Times – Questions et réponses avec Jared Leto Traduction de l’article écrit par Arielle Castillo pour Miami New...
  5. Jared leto interviewé par Linda McGee 30 Seconds To Mars se sont récemment arrêté à Dublin...