Interview Jared leto – Rocksound n° 142


Décrivez vous en 3 mots…: Je préfère que d’autres personnes me décrivent. Je ne crois pas que se décrire soit même soit une chose saine. Trop d’analyse de soi peut être corrosif, spécialement pour un artiste, ce n’est pas bon de trop penser.

Contenir ou laisser sortir? : Ça dépend de la situation. Parfois ce que vous ressentez n’est pas toujours bon alors il faut le contenir pendant un moment, mais je n’ai pas peur de me battre. T’as un problème?

Le verre est a moitié vide ou à moitié plein? : A moitié plein sans hésiter. Je dirais que je suis un optimiste prudent.

Vous vous réveillez soudainement à 4h du matin. Que se passe-t-il? : Je ne me réveille jamais étant donné que je suis debout jusqu’au lever du soleil.

Quel album écoutez-vous lorsque vous avez besoin de vous remonter le moral? : « Boys Don’t Cry » par The Cure est un bon album. Je devrais probablement dire quelque chose comme Joy Division pour essayer et être drôle cependant…

Des regrets? : Le clip de Closer to the Edge traite de cette question. Je l’ai posée à beaucoup de personnes et la plupart ont dit qu’ils n’avaient aucun regrets, mais il y a une foule de choses que j’aimerais faire différemment si j’en avais la chance. Pas parce que je souhaite arriver à un résultat différent mais il y a eu des moments dans ma vie où j’aurais aimé être plus patient, traiter des personnes d’une meilleure façon, et pendre le temps d’apprécier davantage certaines situaions.

Quel est le meilleur conseil que vous ayez reçu mais que vous avez ignoré? : Des personnes m’ont poussé à ne pas suivre mes rêves ou mes buts a de nombreuses reprises, et les ignorer a été la meilleure chose que j’ai jamais faite.

Vous considéreriez-vous religieux, spirituel ou humaniste? : Je dirais davantage humaniste, ou peut-être plus humoriste.

Quel est votre plan B? : Je n’en ai jamais eu. Je ne crois pas au filet de sécurité, ce n’est pas sage quand vous vous occupez de suivre vos rêves.

Quel album n’avouez-vous jamais posséder? : « The Promise » par When in Rome. C’était un single énorme à la fin des années 80 dans le monde de la dance, environ au temps de la domination des Pet Shop Boys.

Les plus grands excitants? : Talent, courage et du cran.

Les plus grand freins? : Jeux et manipulations.

Quel est votre principal loisir qui ne soit pas en rapport avec la musique? : Je finis par passer beaucoup de temps à éditer et diriger des projets variés qui sont reliés au groupe d’une certaine façon: nos clips, nos concerts en live, notre production ou quoi que ce soit d’autre. J’en ferais plus si ce n’était pas pour cela.

Quel est votre plus grand vice? : Le sexe, mais ce n’est pas vrai. Les gens diraient probablement mon Blackberry mais ce n’est pas ça non plus car c’est juste un reflet de mon travail. Si je n’étais pas dessus, je serais au téléphone ou en train de faxer ou d’écrire sur les murs d’une grotte; quelque soit le moment (milieu?) de la journée, vraiment.

Quels seront vos célèbres derniers mots?: Je n’en aurai pas. Je ne me souci pas de laisser de derniers mots ou de souvenir.


merci à Mellie pour la traduction et à Kÿr

Share