Jared leto interviewé par Linda McGee

30 Seconds To Mars se sont récemment arrêté à Dublin dans le cadre de
leur tournée pour leur nouvel album « This Is War ». Linda McGee à
discuté avec le chanteur leader Jared Leto à propos de tourné avec son
frère, jongler entre le cinéma et sa carrière musical, se prendre des
coups de pieds au c**, et pourquoi il ne regarde jamais en arrière
(désolé les filles, pas de remémorations de son rôle de Jordan Catalano
dans « Angela, 15 ans)

Linda McGee: Comment c’est passé la tournée du nouvel album « This is war » pour le moment?
Jared Leto:
C’était merveilleux. Nous avons fait 5 super shows, c’est le tour d’une vie. C’est génial.

LM: Quand vous réalisé de nouvelles choses êtes vous toujours tenté de
partir en tournée et ressentir la réaction du public par rapport aux
chansons?
JL:
Oui, c’est la célébration du projet. Ca l’es vraiment. C’est le plus
fun, c’est le plus viscéral, c’est ce que l’on attend le plus car vous
donnez tous les soirs, vous savez Ce n’est pas vraiment ce que vous
recevez mais à propos de ce que vous donnez en retour.

LM: En terme de processus créatif, dans quel état d’esprit aimez-vous être?
Ouvrez vous à beaucoup de différentes influences ou fermez vous
complètement?
JL:
Oui je m’enferme un peu. Je suis beaucoup influencé par les livres, la
peinture, les artistes. Je n’écoute pas beaucoup de musique lorsque je
travail car je fait de la musique toute la journée, la dernière chose
que nous voulons c’est écouter de la musique. Donc, nous avons eu
énormement de temps pour faire cet album. Cela nous à pris à peu près
2 ans.

LM: En terme d’expérimentation, aimez-vous essayer différentes choses à chaque fois que vous travailler sur un nouveau projet?
JL:
Oui. J’aime faire des choses qui n’ont pas trop été abordés avant.
C’est excitant. Marcher sur une nouvelle terre et en parler. C’est
prendre une nouvelle route et voyager moins. J’aime ça.

LM: Les fans vous connaissent plus en tant qu’acteur que
chanteur, mais en terme de décision de carrière, allez- vous continuer
de tourner si cela n’interfère pas avec ce que vous faites musicalement?
JL:
Yeah, J’ai tendance à passé mon temps à me concentrer sur ce qu’il y a
devant moi, c’est une priorité, et ça à l’air de fonctionner jusqu’à
maintenant.

LM: Cela doit être un défi d’essayer de garder les deux carrières vivantes
et essayer de ne pas être qualifier acteur ou chanteur une fois que le
succès est là
JL: Pour moi, j’ai toujours fait les deux, depuis que je suis jeune. Je veux dire que je n’ai pas commencé à tourné avant d’avoir 20 ans, mais cela ne m’a jamais dérangé, vous savez. Et je pense que j’ai obtenu tellement coups de pieds au derrière pour cela depuis si longtemps que les gens sont juste fatigués de se battre avec moi. Il y aura toujours des gens qui essayerons de nous devancer mais la seule chose qui compte ce sont les personnes qui viennent à nos concert, les personnes qui écoutent la musique, vous savez. Nous avons vraiment très peu de plaintes. Nous avons juste vendu toutes les places de l’arène de Wembley… C’est notre premier concert dans une arène. Nous jouons ici à l’O2. C’est notre deuxième fois à Dublin et il va y avoir beaucoup de monde ce soir, donc nous sommes plus que reconnaissants.

LM: Aimez-vous venir ici?
JL:
Aw yeah, J’aime, c’est une ville génial, c’est vraiment une belle ville.

LM:  En ce moment avez- vous des projets de cinéma pour après la tournée, ou bien dirigé? Est ce quelque chose que vous vous voyez faire?
JL:
Pour l’instant, nous supportons « This is War ». Nous faisons notre tournée mondiale. Nous sommes super excité. Nous venons de commencer. Donc c’est ce qui nous attend. Nous avons un nouveau single qui va bientôt sortir qui s’appelle « This Is War » et nous allons tourné un nouveau clip bientôt, et vous savez, faire le tour du monde.

LM: Vous avez collaboré avec Kanye Wesr sur « Hurricane » sur votre nouvel album. Comment était-ce de travailler avec lui?
JL:
C’était super, fun, facile, professionnel, créatif, et je pense qu’il a fait un super boulot sur la chanson.

LM: Bien sûr votre frère Shannon est dans le groupe avec vous Comment est ce de tourner avec lui?
JL:
Nous avons les mêmes intérêts et cela se passe vraiment bien ensemble sur la route. C’est génial de partager ce voyage avec quelqu’un avec qui vous avez toujours passé votre vie avec.

LM: Avez- vous l’intention de produire un autre artiste?
JL:
Non, pas vraiment. Je veux dire, c’est beaucoup de travail. Je ne pense pas que je voudrais faire ça… Vous devez être fou pour faire ça et je suis assez fou avec le groupe. Peut être que je ferais une chanson pour quelque chose ou quelqu’un mais ce sera une chose qui me passionnera vraiment.

LM: Ressentez-vous la même chose à propos des collaborations ou y a t-il des artistes qui vous on influencé dans votre carrière musicale et que vous aimeriez travailler avec et leur donnez une chance?
JL:
Yeah, J’aimerais faire quelque chose avec U2. Faire une chanson avec Bono serait génial.

LM: Qui sont vos plus grosses influences musicales?
JL:
Led Zeppelin, Pink Floyd, The Cure.

LM: En voyant que vous êtes à Dublin, Je sais que vous avez parlé de U2 plus tôt mais y a t-il un autre artiste Irlandais dont vous êtes fan?
JL:
Damien Rice, yeah, je l’aime beaucoup.

LM: Trouvez vous le processus de tournée fatiguant? Je suis sur qu’il y a une frayeur d’être dans un nouvel endroit tous les soirs et rencontrer des nouveaux fans tout autour du monde c’est un dur travail, non?
JL:
Je suis tellement reconnaissant. Ce n’est pas un petit miracle si nous jouons dans tous ses endroit et que nous faisons ça. Même le jour le plus épuisant je ne perdrait jamais cette gratitude. C’est incroyable.

LM: Vous sentez-vous comme ça dans tous vos travaux?
JL: Non, faire de la musique c’est différent. Quand vous faites de la musique vous avez une différente responsabilité. Quand vous tournez un film… vous savez, si vous écrivez, éditez, dirigez, produisez, si vous faites l’approvisionnement dans votre propre film et si vous jouez dedans, peut être que vous ressentirez la même chose que là. Quand vous faites de la musique, vous êtes responsable Vous êtes responsables de tant de facettes différentes et vous êtes impliqués de tant de façons différentes que c’est un peu différent. Pour ne pas dire que les deux chemins ne sont pas également comme utile, c’est juste un sentiment différent.

LM: Ce qui m’a frappé en regardant vos vidéos clip c’est qu’il y a beaucoup de choses derrière ce concept, comme le fait que vous voulez que les gens se connectes avec vous a un différent niveau, en addition à la chanson. Serait-il juste de le dire?
JL:
Je pense oui. Pour moi les vidéos clip sont aussi importants que les chansons en elles-mêmes et je prend grand soin d’elles. C’est une chance de construire autour de la chanson, dire quelque chose de différent, dire quelque chose de nouveau.

LM: En terme de carrière, avez-vous des projets? Avez- vous décidé si vous allez écrire de nouvelles chansons après cette tournée ou regarder quelques scénarios – ou faire ce que vous voulez quand le moment viendra?
JL:
Je fait surtout ce que je sens mais de temps en temps il est mieux de planifier.

LM: Retournons a vos débuts, depuis votre rôle dans « Angela,
Looking back over your ans » et tous les différents films auxquels vous avez participé, regardez-vous ces moments plus que d’autres?
JL:
Je ne regarde pas en arrière. Il y a tellement de choses à faire aujourd’hui et demain que je ne pense pas à regarder en arrière.

LM: En tant que célébrité, trouvez vous difficile d’être pourchassé par les paparazzi et forcé de vivre cette vie de célébrité quand tout le monde veux un morceau de vous?
JL:
J’ai appris comment me cacher. Je sais comment disparaître quand j’en ai besoin. Il y a toujours une porte derrière.

« This Is War » est sortie sur EMI Records


Merci à Birthofatheory et Vanouche pour la traduction.



30 Seconds To Mars recently stopped off in Dublin as part of their world tour for new album ‘This Is War’. Linda McGee chatted to lead singer Jared Leto about touring with his brother, balancing his acting and music careers, getting an « ass-kicking » and why he never looks back (sorry ladies, no reminiscing about his days as Jordan Catalano in ‘My So Called Life’!).
Linda McGee: How has touring the new album ‘This Is War’ been so far?
Jared Leto:
It’s been wonderful. We’re five shows deep and it’s been the tour of a lifetime. It’s great.
LM: When you release new material are you always itching to go on tour with it and feel firsthand the crowd reaction to the songs?
JL:
Yes, it’s the celebration part of the process. It really is. It’s the most fun, it’s the most visceral, it’s the most rewarding because you’re giving away every night, you know. It’s not so much about what you get. It’s about what you give away.
Advertisement

LM: In terms of the creative process, what type of headspace do you like to get in to? Do you open yourself up to lots of different influences or do you lock yourself away?
JL:
I do lock myself away a bit. I’m influenced a lot by books, by paintings, by artists. I don’t listen to a lot of music while I’m working just because I’m making music all day, the last thing we kinda want to do is listen to music. So, we had an amazing time making this record. It took about two years. We were in a studio carved into the side of a house in Hollywood Hills and we had our quintessential California West-Coast experience making a rock album.
LM: In terms of experimentation, do you like to try something different every time you approach new work?
JL:
I do. I enjoy doing things that haven’t been done too many times before. That’s exciting. To walk upon new earth, so to speak. It’s just taking the road less travelled. I like it.
LM: Fans will obviously know you from your acting work as well as your music, but in terms of career decisions, will you only take on an acting project if it doesn’t interfere with what you’re doing musically?
JL:
Yeah, I tend to spend my time focusing on what’s in front of me, what is the priority, and that’s seemed to serve me well so far.
LM: It must be a challenge though to keep both careers alive and also brave not to allow yourself to just be pigeonholed just as an actor or a singer once you got a taste of success…

JL: Well, for me, I’ve been doing both for so long, since I was young. I mean I didn’t start acting until I was in my early 20s, but it never bothered me, you know. And I think I got such an ass-kicking for it for so long in the beginning that people just get tired of beating me up, as much. There’ll always be people that wanna try to beat us up but the people that really matter are the people that are coming to the shows, the people that are listening to the music, you know. We really have very few complaints. We just sold out Wembley Arena… we’re doing our first arena tour. We’re playing here at the O2. This is our second time in Dublin and there are gonna be a lot of people out there tonight, so we’re just grateful more than anything.
LM: Do you enjoy coming over here?
JL:
Aw yeah, I love it, such a great town, such a beautiful city.
LM: At this stage have you any plans for acting projects after the tour, or even directing? Is that something you could see yourself doing?
JL:
Right now, we’re just supporting ‘This Is War’. We’re doing our world tour. We are super-excited. We’ve just begun. So that’s what’s in front of us. We have a new single coming out soon called ‘This Is War’ and we’ll be making a new video soon, and you know, travelling the world.
LM: You collaborated with Kanye West on ‘Hurricane’ on your new album. How did you find working with him?
JL:
It was great. He was fun, easy, professional, creative and I think he did a great job on the song.
LM: Of course your brother Shannon is in the band with you. What’s it like to tour with him?
JL:
We have similar interests and we do really well together on the road. It’s great to share this journey with someone who you’ve shared your life with.
LM: Have you any interest in turning your hand to producing other artists’ musical work?

JL: No, not really. I mean, it’s so much work. I don’t think I would do that… You have to be kind of a crazy person to do that and I’m crazy enough with this band. Maybe I would do a song or something for someone else but it would have to be something I was really passionate about.
LM: Do you feel the same about collaborations or are there any artists that have influenced your musical career that you’ve love to work with given the chance?
JL:
Yeah, I’d love to do something with U2. To do a song with Bono would be great.
LM: Who would you say are your biggest musical influences down through the years?
JL:
Led Zeppelin, Pink Floyd, The Cure.
LM: Seeing as you’re over in Dublin, I know you mentioned U2 earlier but are there any other Irish artists that you’re a fan of?
JL:
Damien Rice, yeah, I like him a lot.
LM: Do you find the process of touring exhausting? I’m sure there is a great thrill in being somewhere new every night and meeting new fans around the world but it’s still hard work, right?
JL:
I’m so grateful. It’s no minor miracle that we’re playing these places and doing this. Even on the most exhausting of days I’d never lose sight of gratitude. It’s incredible.
LM: Do you feel like that about all your work?

JL: No, making music is different. When you make music you have a different responsibility. When you’re acting in a film… you know, if you were writing, editing, directing, lighting, producing and doing the catering on your own movie, and starring in it, then maybe you would feel the same as here. When you’re making music, you’re responsible for so many different facets and you’re involved in so many different ways it’s a little different. Not to say that both paths aren’t equally as rewarding, it’s just a different feeling.
LM: Watching your music videos it strikes me that a lot of thought goes into the concept behind them, like you want people to connect with them on another level, further to the song. Would that be fair to say?
JL:
I think so. To me the music videos are as important as the songs themselves and I take great care with them. It’s a chance to build upon the song, say something different, say something new.
LM: In terms of your career, do you plan projects – have you decided whether you want to write some more music after this tour or look at some scripts – or do you just do what you feel when the time comes?
JL:
Mostly I do what I feel but you know sometimes it’s smart to plan ahead.
LM: Looking back over your career, from your days on ‘My So Called Life’ to all the various movies you’ve starred in, do you look back on those times fondly, or perhaps some more so than others?
JL:
I don’t look back. There’s so much to do today and tomorrow that I don’t tend to look back too much.
LM: In terms of your high-profile status, do you find that difficult – being chased by paparazzi and forced to live this celebrity-lifestyle where everyone wants a piece of you?
JL:
I’ve learned how to hide out. I know how to disappear when I need to. There’s always a back door.
‘This Is War’ is out now on EMI Records.

Share

Vous avez aimé cet article? Ceux ci pourraient vous interesser :

  1. Windy City Time interviewe Jared Leto Jared Leto a brisé pour la première fois des coeurs...
  2. Virgin Music interviewe Jared Leto Interview par Greg Rose, sur Virgin.com Greg Rose from...
  3. Noisecreep – interview de Jared Leto Qu’est ce qu’un titre aussi direct que « This is War »...
  4. Interview de Jared Leto sur Livewire Interview du 10 avril 2010 sur le site de concertlivewire.com...
  5. Interview de Jared Leto pour Premiere.fr – VOSTFR C’est un interview particulierement interessant que nous livre Première.fr, avec...